Category Archives: divers

31MAI 2018 la journée mondiale sans tabac

Et si c’était le jour pour commencer à envisager de ne plus fumer !

  • sophrologie tabac

Pour que la sophrologie  soit efficace, il faut commencer par trouver les motivations qui poussent la personne à chercher à ne plus fumer, lui demander ce qu’il attend dans la sophronisation. C’est important que la personne ait décidée d’arrêter sans être poussée par son entourage. Dans la technique d’induction rapide de Fleischer, le sujet est debout en état sophronique, s’imagine dans un futur où il aurait déjà arrêter de fumer. « Voyez comme vous vous sentez bien, comme vous êtes content de vous, comme vous êtes satisfait depuis que vous avez cessé de fumer ». Dans un deuxième temps « Maintenant, réfléchissez et dîtes vous bien à vous-même : ‘Je suis intelligent, j’ai du bon sens’. Chaque fois que vous vous direz ces mots, vous ressentirez ce sentiment si agréable de l’avenir : ‘Je suis intelligent, je pense à l’avenir, je suis si bien dans l’avenir, je suis intelligent’. Maintenant, regardez la réalité en face : les cigarettes sont du poison ; chaque muscle, chaque cellule, chaque nerf de votre corps le sent ; les cigarettes sont du poison». Ensuite on passe à la phrase suivante « Je respecte mon corps et je m’en soucie, je respecte ma santé et j’ai le souci, j’ai besoin de mon corps pour vivre ». Puis on revient à « J’ai besoin de mon corps pour vivre or les cigarettes sont un poison ». « Je suis un être intelligent et j’ai du bon sens ». Juste avant de sortir de la sophronisation on fait se projeter le sujet dans l’avenir lorsqu’ il aura complètement cessé de fumer. L’addiction étant un état qui utilise les reflexes conditionnés, comme la vue du losange lumineux « Tabac » qui déclenche l’envie de fumer, c’est en travaillant sur ces automatismes qu’on arrivera progressivement à les substituer par d’autres automatismes plus positifs. Il faut surtout se rappeler que gagner ce combat donnera une telle confiance en soi qui se propagera sur tout le reste, que ça soit sa vie professionnel, sociale ou familiale. Et ne pas oublier le côté économique, l’argent économisé peut être investi dans des choses plus agréables pour se faire réellement plaisir. Le résultat c’est qu’on va mieux avec plus d’argent en poche, il faut reconnaître que c’est quand même bien. En ayant cette approche phénoménologique qui nous permet de suspendre notre jugement et laisser faire les choses, tout comme cette respiration qui peut se faire tout naturellement une fois que nous avons bien exercés, nous laissons venir ces sensations que nous écoutons, tout comme nous pourrons écouter quelqu’un d’autre, et sans poser de jugement, le positif s’installe progressivement jusqu’à élire droit de domicile. Cette motivation que nous savons très difficile à trouver par ailleurs devient très facilement accessible et nous sommes même souvent surpris du résultat. Nous comprenons assez vite que ça n’a rien de magique, c’est juste une rectification comportementale vis-à-vis de nos automatismes qui nous donne très rapidement accès à l’immense ressource qui est à notre porté.

Pour arrêter de fumer, un exercice du Docteur Raymond Abrezol (extrait de Vaincre par la sophrologie  – Edition Soleil) :

Après une relaxation de base, ajoutez ce qui suit à votre enregistrement audio :
A partir d’aujourd’hui, je ne vais plus fumer que les cigarettes qui me font vraiment plaisir… Sur le nombre de cigarettes que je fume, il y en a plus de la moitié que je fume par automatisme, sans même le savoir. Je vais mettre mon paquet de cigarette dans un tiroir fermé à clé, ou dans une poche difficilement accessible, de telle manière que chaque fois que je voudrai une cigarette, je sois obligé de réfléchir pour l’obtenir, car je devrai prendre la clé du tiroir ou ouvrir la fermeture éclair ou le bouton de ma poche… Chaque fois je poserai la question : « Est-ce que j’en ai vraiment envie ? »… Si la réponse est non, j’arrêterai mon geste et je ne fumerai pas… Je diminuerai ainsi immédiatement, considérablement, ma consommation journalière de cigarettes… Je vais utiliser ce système dès la fin de cette séance, que je répèterai tous les jours jusqu’à ce que je sois habitué à ne fumer que consciemment… Mon exercice est terminé… Je fais lentement ma reprise.
Dans un deuxième temps je pourrai rajouter : « je ne fumerai plus qu’un certain nombre de cigarettes et en diminuant ce nombre à chaque séance ».

Auteur : Iqbal JOOMRATTY, Sophrologue

Source : www.sophrologie-actualite.fr

 


Un sondage intéressant sur la Sophrologie

Les Français et la sophrologie

Sondage réalisé en mai 2014 par BVA pour la Chambre Syndicale de la Sophrologie auprès d’un échantillon grand public de 1071 personnes représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus.

Sondage français et le stress étude 2017

Première question du sondage

Avez-vous déjà entendu parler de la sophrologie?

Question posée à 1071 personnes.

  • 91 % des français ont déjà entendu parler de la sophrologie.
  • 59 % des français savent ce qu’est la sophrologie.
  • 12 % des français en ont déjà fait.

Première conclusion du sondage :

Les Français connaissent le terme « sophrologie » (91%) cependant peu d’entre eux l’ont réellement pratiquée (12%).

Deuxième question du sondage

 Quelle image avez-vous de la sophrologie?

Question posée aux Français qui ont entendu parler de la sophrologie (971 personnes).
  • 9 % des français ont une très bonne image de la sophrologie.
  • 64 % des français ont une assez bonne image de la sophrologie.
  • 24 % des français ont une assez mauvaise image de la sophrologie
  • 3 % des français ont une très mauvaise image de la sophrologie

Deuxième conclusion du sondage :

Les Français qui ont entendu parler de la sophrologie ont majoritairement une image positive de la sophrologie (73 %) cependant près d’un tiers des Français en ont une image négative (27 %).

Troisième question du sondage

Selon vous, qu’est-ce que la sophrologie?

Question ouverte posée aux Français qui ont entendu parler de la sophrologie (971 personnes). Réponses spontanées. Résultats inférieurs à 2% non présentés. Total supérieur à 100 % car plusieurs réponses possibles.
  • 37 % Relaxation – Détente
  • 18 % Ne se prononce pas
  • 12 % Gestion du stress – Prise en charge des émotions ou de l’angoisse – Restez zen
  • 11 % Développement de la conscience individuelle – Écoute de soi
  • 9 % Exercices sur la respiration
  • 7 % Médecine douce – Médecine parallèle – Discipline paramédicale
  • 5 % Harmonie du corps et de l’esprit – Physique et mental
  • 5 % Améliorer le bien-être – Améliorer la qualité de vie
  • 5 % Avoir conscience du corps – Connaissance et maîtrise du corps
  • 4% Technique de développement personnel
  • 3% Concentration – Méditation =,
  • 3% Étude du comportement =,
  • 3% Permet de traiter certaines maladies =,
  • 3% Proche de l’hypnose =,
  • 3% Remarques négatives comme secte/ inutile/ n’y croit pas/ arnaque
  • Troisième conclusion du sondage :

Troisième conclusion du sondage :

Les Français qui ont entendu parler de la sophrologie ont majoritairement une bonne interprétation de ce qu’est la sophrologie. On remarque cependant que :

  • 18 % des français ne se prononcent pas
  • 3 % des français pensent à tort que la sophrologie peut soigner
  • 3 % des français ont des remarques négatives au sujet de la sophrologie

Quatrième question du sondage

Quelle image avez-vous de la sophrologie après l’avoir pratiquée ?

Question posée aux Français qui ont entendu parler de la sophrologie (971 personnes)
  • 92 % des français ont une bonne image de la sophrologie lorsqu’ils l’ont déjà pratiquée
  • 8 % des français ont une mauvaise image de la sophrologie après l’avoir pratiquée

Quatrième conclusion du sondage :

Les Français qui ont déjà pratiqué la sophrologie sont conquis par la méthode.

Synthèse des résultats

La sophrologie : une pratique dont quasiment tout le monde a entendu parler ne serait-ce que de nom et qui est principalement associée à la relaxation

9 Français sur 10 ont déjà entendu parler de sophrologie et 6 millions de Français déclarent en avoir déjà fait

  • Une très large majorité de la population française (91%) a déjà entendu parler de la sophrologie.
  • 59% déclarent savoir ce qu’est la sophrologie et 12% en ont déjà fait, soit plus de 6 millions de Français. Les pratiquants sont plus nombreux parmi les CSP+, les femmes et en milieu urbain en Province.
  • Pour autant, un tiers des Français (32%) a déjà entendu parler de cette discipline sans savoir réellement en quoi cela consiste et 9% n’en ont jamais entendu parler. C’est auprès des plus jeunes, des CSP- et des hommes que la notoriété de la sophrologie est la plus faible (respectivement 21%, 16% et 14% n’en ont jamais entendu parler dans ces catégories de population).

Une pratique surtout en lien avec la relaxation mais avec des représentations assez diverses

  • Spontanément pour les Français, la sophrologie est liée avant tout à une technique de relaxation et de détente pour 37% des personnes en ayant déjà entendu parler.
  • Pour les plus précis, la pratique est vue comme un moyen de gérer son stress et ses émotions (12%) ou de développer l’écoute de soi (11%).
  • De manière plus secondaire, les représentations perçues de la sophrologie sont assez diverses :
    • Certains allient la sophrologie à différentes techniques et pratiques utilisées : les exercices de respiration (9%), la recherche d’harmonie entre le corps et l’esprit (5%), les techniques de développement personnel ou la concentration et la méditation (3%).
    • D’autres prêtent à la sophrologie des vertus plus médicales : 7% la caractérisent comme une forme de médecine douce, autant y voient un moyen de lutter contre la douleur, alors que 3% voient en elle un moyen de traiter certaines maladies.
  • De manière spontanée, une très faible minorité des Français ayant entendu parler de la sophrologie ont fait part de remarques négatives à ce sujet (3%).

Une pratique bénéficiant d’une bonne image globale

  • Parmi les Français ayant déjà entendu parler de la sophrologie, près des trois quarts (73%) en ont une bonne image.
  • L’image de cette discipline est d’autant meilleure auprès des personnes ayant déjà essayé la sophrologie :
    • Les personnes ayant déjà pratiqué la sophrologie ont quasiment tous une bonne image, pour 92% d’entre elles
    • 78%  des  personnes  connaissant  la  discipline  sans  en  avoir  jamais  fait  affirment  avoir  une  bonne  image  de  la sophrologie
    • Les personnes ayant seulement entendu parler de la sophrologie sont 57% à être positives à l’égard de cette discipline
  • Dans le détail en termes de profils, l’image de la sophrologie est encore meilleure auprès des femmes et des personnes âgées de 50 à 64 ans (79% d’opinions positives vs 73% en moyenne). A l’inverse, les hommes, les habitants d’Ile de France, les plus jeunes (15-24 ans) et les catégories socioprofessionnelles moins favorisées (ouvriers) se montrent, quant à eux, plus critiques (respectivement 36% et 35% d’opinions négatives vs 27% en moyenne)

source chambre syndicale de sophrologie


Le coup de cœur de la semaine ! Un livre de Michèle Freud

Réconcilier l’âme et le corps de Michèle Freud

Pour tout ceux qui souhaitent découvrir la sophrologie à travers des exercices simples et efficaces.

Vous retrouverez dans le CD audio offert avec le livre, des protocoles avec la voix de l’auteur , qui vous feront vivre les techniques et pratiques.